Le diagnostic ne peut être que collectif

Que faire devant une affection cutanée en cette période où se croisent tous les maux : Sars-cov-2 chinois ou variant anglais, grippe saisonnière ou virose respiratoire banale, kawasaki, effet secondaire d'un médicament ou du froid, simple maladie dermatologique ou maladie de système ? Et si ce n'est qu'un effet indésirable de la vaccination ? Un vrai casse-tête chinois !

C'est pour faire la part des choses qu'un collectif d'associations de médecins privés s'est engagé dans la formation sur les effets indésirables post-vaccinaux connus à travers une série de webinars dédiés chacun à un aspect de ces effets.

Mais après la formation ? Faudrait-il qu'on se satisfasse de soupçonner ou de faire un diagnostic ? Mais tout diagnostic ne peut être imputables au vaccin ou à la vaccination. Sinon à quel vaccin ?

Seule la fréquence des mêmes effets, dans des sites différents, peut aider à comprendre les phénomènes, leur délai d'apparition après la vaccination et leur durée de résolution. Entre autres.

Ainsi, seule la vigilance au quotidien peut permettre de notifier les cas, même bénins, au centre national antipoison et de pharmacovigilance. Leur analyse et leur traitement donnera l'opportunité de faire des publications multidisciplinaires et multisectorielle dans des revues aussi prestigieuses que l'est le collectif des associations de médecins privés et leurs encadrants universitaires.

Commentaires (0)

Rated 0 out of 5 based on 0 voters
There are no comments posted here yet

Ajouter vos commentaires

  1. Posting comment as a guest.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement