Le loup,......, le homard ou la crevette?

Que d'animaux marins dans un océan ! Que de sujets dans l'océan du savoir !

Comme un pêcheur ne peut pêcher tous les poissons dans un océan, un médecin généraliste ne peut cerner toutes les pathologies. Tenu de faire des choix pour sa formation continue, ces choix doivent être guidés par des critères objectifs. À partir de ces critères, l'éventail des pathologies pour lesquelles il doit consolider ses connaissances se restreint et le choix ne peut s'opérer que dans cet intervalle.

Parmi ces critères :
- la fréquence des maladies
- leur gravité
- leur chronicité
- leur coût

L'efficacité du rôle des médecins généralistes peut se mesurer à l'aune de l'infléchissement des courbes d'incidence des maladies ciblées, des économies ainsi réalisées dans les dépenses de soins, de la réduction de certaines d'entre elles par la prévention, de leur passage à la chronicité ou de leurs complications. De ce fait, les maladies relevant des priorités du ministère de la santé sont toutes indiquées. 

L'urgence est donc de concentrer tous les efforts dans la lutte contre ces maladies par l'élaboration de guides de bonne pratique, la formation de médecins généralistes formateurs dont le rôle serait d'assurer une formation uniforme.

Les associations et amicales sont les premières responsables de ce changement de logique vu que ce sont elles qui organisent les tables rondes, congrès et autres symposiums. En s'appropriant ces programmes, le partenariat public-privé prendrait tout son sens pour le bien-être social.